Lausanne

Cartographie collaborative et ressources contre la vidéo-surveillance

Accueil > Revue de web > Le lobby caché des caméras

Le lobby caché des caméras

mercredi 23 mai 2012

Article sur l’AN2V, dont le siège est situé à Lyon.

Acteur du lobby de la vidéosurveillance, l’Association nationale de la vidéoprotection milite pour une "bonne utilisation" des caméras. Financée en partie par les industriels, elle a du mal à prouver l’efficacité des dispositifs en place.

En 2012 l’Association nationale de la vidéoprotection (AN2V) ne devrait pas chômer. L’État soutient massivement le déploiement des systèmes de vidéosurveillance sur la voie publique. Comme en 2011, 60% du Fonds interministériel pour la prévention de la délinquance (FIPD) soit 30 millions d’euros, iront… à la vidéosurveillance.

Fondée en 2004 par Dominique Legrand, alors consultant en infrastructures TIC, à une époque où le sujet n’excitait pas autant les politiques, l’AN2V est financée en partie par la petite centaine de sociétés adhérentes qui représentent le gros des acteurs en France. Elles payent un montant annuel de 900 à 4 500 euros, pour un budget total de 200 000 euros.


Voir en ligne : http://owni.fr/2012/02/09/an2v-vide...